Title
              Page


LES BOHÉMIENS DE PARIS, DRAME EN CINQ ACTES ET HUIT TABLEAUX


ORIGINALLY PERFORMED ON SEPTEMBER 27, 1843

 

DISTRIBUTION DE LA PIÉCE

 

 

MONTORGUEIL                                                                                                                                                                                                                                    UN GARÇON DE CAFÉ

CHARLES DIDIER                                                                                                                                                                                                                                 PREMIER OUVRIER

PAUL DIDIER                                                                                                                                                                                                                                       DEUXIÈME OUVRIER

CREVECOEUR                                                                                                                                                                                                                                      TROISIÈME OUVRIER

DESROSIERS                                                                                                                                                                                                                                       UN GARÇON DE BILLARD

DIGONARD                                                                                                                                                                                                                                         UN CAPORAL

BAGNOLET                                                                                                                                                                                                                                          LOUISE

CHALMEAU                                                                                                                                                                                                                                         ARTHÉMISE

POPLARD                                                                                                                                                                                                                                            UNE SERVANTE

PLURE-D'OIGNON                                                                                                                                                                                                                                MONTIZON

 

Voyageurs, Joueurs de Billard, Gens de la Noce, Bohémiens, Soldats, etc.




 

 

ACTE PREMIER

 

Le devant des Messageries royales de la rue Notre-Dame des Victoires

 

SCÈNE I

 

CHALUMEAU, POPLARD, CRÈVECOEUR, UN AFFICHEUR, UN MARCHAND DE CHAINES DE SÛRETÉ, UN DÉCROTTEUR près de la porte au fond avec sa sellette, UN MARCHAND DE CANNES, PASSANTS, CRIEURS, puis BAGNOLET

 

Au lever du rideau, Crèvecœur est couché par terre contre une borae, à gauche du spectateur, il ne paraît pas s'occuper de ce qui se passe autour de lui. On entend crier: L'Indicateur des rues de Paris le Guide du Voyageur; pendant ce temps un afficheur est entré et va coller une petite affiche sur un des murs de la sour.

 

LE MARCHAND DE CHAINES

 

Voyez, à vingt-neuf. . . bijoux en or , contrôlés par la Monnaie.

 

POPLARD, criant

 

Allumettes chimiques allemandes, un sou le paquet, deux sous la boîte!

 

L’AFFICHEUR, qui a posé son affiche

 

V'là ce que c'est. . . (lisant) On dégage les effets du mont-de-piété et on achète les reconnaissances, rue Vide-Gousset, numéro neuf. (il reprend son pot et son pinceau et sort)

 

CHALUMEAU, qui l'a suivi et examiné en se cachant, s'approche de l’affiche dès qu’il est parti; lisant

 

On dégage les effets du mont-de-piété et on achète les reconnaissances. . . très-bien. . . rue Vide-Gousset, numéro neuf!. . . Minute! (il colle une petite bande sur l'adresse) Ça n'est plus ça , mon bonhomme! rue de l'Arbre-Sec , numéro vingt-trois , à la bonne heure.

 

BAGNOLET, entre en chantonnant

 

O Mathilde, idole de mon âme. . . tu. . . (voyant Chalumeau) Tiens, c'est Chalumeau. . . qu'est-ce que tu fais donc là?

 

CHALUMEAU

 

Moi, je colle des affiches. . . ou pour mieux dire. . . je colle des bandes sur les affiches.

 

BAGNOLET

 

Comment ça?

 

CHALUMEAU

 

C'est clair; une supposition que tu tiens un bureau de dégagement ou de n'importe quoi. . . tu te fais afficher, ça te coûte du papier et des caractères; moi, qui suis d'une entreprise rivale, je viens derrière toi, et je colle simplement l'adresse de mon administration au bas de ton affiche; c'est une association en commandite: tu fais la moitié des frais, et j'empoche tout le bénéfice.

 

BAGNOLET

 

Compris: c'est de l'affichage économique. . . et qu'est-ce que ça te rapporte , ce métier-là ?

 

CHALUMEAU

 

Je gagne encore mes quinze sous, le matin en me promenant; avec ça, on ne peut pas mettre à la caisse d'épargne. . . mais, passé quatre heures, j'ai une autre profession.

 

BAGNOLET

 

Ah bah!. . . et laquelle?

 

CHALUMEAU

 

Je pratique avec avantage l'échange des bouts de cigares.

 

BAGNOLET

 

L'échange des bouts de cigares?. . . connais pas.

 

CHALUMEAU

 

Oui, je troque les petits contre les grands. . . je t'expliquerai ça tantôt. . . c'est un joli commerce de mon invention, tu verras.

 

BAGNOLET

 

Eh bien! c'est une industrie que je ne soupçonnais pas.

 

CHALUMEAU

 

Il y en a bien d'autres dont tu es ignorant. Et toi, qu'est-ce que tu fais pour le quart d'heure?

 

BAGNOLET

 

Moi, je suis cicérone.

 

CHALUMEAU

 

Quoi que c'est que ça, cicérone? ça va-t-il sur l'eau?

 

BAGNOLET

 

Cicérone, c'est-à-dire que je guette les provinciaux à leur descente de voiture, aux messageries royales, et je leur offre de leur servir de guide, de leur faire voir les curiosités de la capitale, de les mener dans les meilleurs hôtels, ou dans les plus fameux restaurants.

 

CHALUMEAU

 

Et tu les conduis. . .

 

BAGNOLET

 

Dans d'affreuses gargotes, qui me font une remise pour leur amener des pratiques.

 

CHALUMEAU

 

En même temps que tu es payé par le voyageur; eh bien! ça n'est pas déjà si mal.

 

BAGNOLET

 

Oui; mais vois-tu, Chalumeau, il y a des fois où ça me donne des remords de conscience.

 

CHALUMEAU

 

C'te bêtise!

 

BAGNOLET

 

Des fois où je me dis que je n'étais pas né pour ce métier-là.

 

CHALUMEAU

 

Tu aimerais mieux avoir dix mille livres de rente, pas vrai?. . .

 

BAGNOLET

 

Je me contenterais même de quinze. . . parce qu'entre nous, tous ces états que nous faisons, ça n'est pas des états vertueux.

 

CHALUMEAU

 

De quoi , pas vertueux!. . . et à qui donc que ça fait du tort, s'il vous plaît? Ah! je sais bien que nous ne payons pas patente , nous ne sommes pas des gens établis. . .

 

BAGNOLET

 

Nous ne jouissons pas de l'estime et de la considération publiques.

 

CHALUMEAU

 

Qu'est-ce qui dit ça?. . . des envieux!. . . faut les laisser jaboter. . . car enfin nous avons tous des professions. . . n'est-ce pas, Poplard?

 

POPLARD, criant

 

Allumettes chimiques allemandes. . . un sou le paquet, deux sous la boîte!

 

CHALUMEAU

 

Mousieur est négociant, je suis négociant, nous sommes tous négociants, tous, excepté Crèvecœur, que v'là, par exemple!

 

BAGNOLET

 

Ah! oui, l'Abruti.

 

CHALUMEAU

 

On ne lui connaît pas d'autres moyens d'existence que de rester couché toute la journée comme un lézard au soleil.

 

BAGNOLET

 

Si le sommeil rapportait six francs par heure, en voilà un qui serait millionnaire.

 

CHALUMEAU

 

Oui, mais dormir, ça n'est pas une profession; enfin, comment qu'y fait pour vivre? où qu'il prend son pain?

 

BAGNOLET

 

Son pain?. . . lui, Crèvecœur! il n'en a pas de besoin, il n'en consomme jamais.

 

POPLARD

 

C'est vrai.

 

CHALUMEAU

 

Ah! bah! il vit donc de l'air du temps, comme les serpents boas?

 

BAGNOLET

 

Il ne se nourrit que d'eau-de vie. . . pour déjeuner, de l'eau-de-vie; pour dîner, de l'eau-de-vie; pour souper, de l'eau-de-vie.

 

CHALUMEAU

 

Toujours du casse-poitrine! en vlà une de nourriture! il doit être souvent dans les vignes.

 

BAGNOLET

 

Lui, jamais! ça ne le grise pas; ça l'engourdit, voilà tout. . . et quand il a son compte, il s'étale comme le voilà.

 

CHALUMEAU

 

Ah! mais c'est une marmotte que ce monsieur.

 

BAGNOLET

 

Tu vas voir. . . Eh! dis donc, Crèvecœur. . . (s’approchant de Crèvecœur et le remuant du pied) Eh! l'Abruti!

 

CRÈVECOEUR

 

Hein?

 

BAGNOLET

 

Veux-tu du pain?

 

CRÈVECOEUR

 

Du pain? non. . .

 

BAGNOLET

 

Veux-tu de l'eau-de-vie?

 

CRÈVECOEUR, s'animant

 

De l'eau-de-vie! oui!. . . oui!. . . où y en a-t-il de l'eau-de-vie?

 

BAGNOLET

 

Chez le liquoriste, mon vieux.

 

CRÈVECOEUR

 

Ah!. . .

 

BAGNOLET

 

T'en auras plus tard. (il retombe dans sa somnolence)

 

CHALUMEAU

 

Ah! mais j'en ai, moi, de l'eau-de-vie?

 

BAGNOLET

 

Ah! bah!

 

CHALUMEAU

 

Eh! oui, j'avals affaire ce matin de l'autre côté de la barrière. . . extra-fortifications; j'ai apporté la petite bouteille que v'là. . . et enfoncés les gabelous! Faisons une politesse à l'Abruti.

 

BAGNOLET, prenant le bidon

 

Oui, donne, je vais lui offrir. . . (à Crèvecœur) Tiens, l'Abruti, avale une gorgée de ça, mon vieux. . . c'est de l'eau-de-vie.

 

CRÈVECOEUR

 

De l'eau-de-vie, bien vrai? (il saisit le bidon avec avidité et le porte à ses lèvres)

 

BAGNOLET, se baissant vers lui

 

Hein! c'est bon ça, c'est du nanan, ça réchauffe notre petite estomaque. . . (revenant aux autres) Regardez donc comme il ingurgite; il avale ça comme du coco à un liard le verre.

 

CHALUMEAU

 

Ah ça, mais un instant. . . en v'ià assez. . . gardons-en un peu pour les amis. . . (il va reprendre le bidon à Crèvecœur) Si on le laissait faire, il boirait tout. . . Tu l'aimes donc bien, le trois-six?

 

CRÈVECOEUR

 

Dam! oui. . .

 

BAGNOLET

 

Mais ça fait mal, ça grise.

 

CRÈVECOEUR

 

Non. . . non, ça endort. . . ça fait oublier. . . (il se recouche)

 

CHALUMEAU

 

Oublier!. . . je crois bien, ça t'a fait oublier d'en laisser dans la bouteille. . . il a tout avalé, le vieux gourmand.

 

TOUS

 

Ah! bah!

 

CHALUMEAU

 

Il n'en reste pas une goutte.

 

BAGNOLET

 

Il se donnera une inflammation d'estomac, c'est sûr! Il aura une combustion spontanée; un de ces jours, il partira comme un réservoir à gaz.

 

POPLARD

 

Allumettes chimiques allemandes! (il en fait partir une)

 

BAGNOLET

 

Finis donc, Poplard. . . ne va pas par là avec les allumettes; c'est une tonne de trois-six que l'Abruti, tu pourrais l'incendier.

 

TOUS, riant

 

Ha! ha! ha!

 

SCÈNE II

 

Les Mêmes, DIGONARD

 

DIGONARD, à part

 

Quatre heures moins seize minutes. . . Montorgueil me marque dans sa lettre qu'il arrivera par la voiture de quatre heures; j'ai encore le temps de me promener. (il se promène de long en large)

 

POPLARD, s’approchant de lui

 

Allumettes chimiques, mon bourgeois.

 

LE MARCHAND DE CHAINES

 

Voyez, à vingt-neuf, pour la sûreté des montres.

 

DIGONARD

 

Laissez-moi tranquille, je n'ai besoin de rien.

 

CHALUMEAU

 

Faut-il une voiture?. . . Voilà, voilà, bourgeois.

 

DIGONARD

 

Allez au diable! Cette rue est remplie d'un tas de mendiants; entrons au café, lire un journal. (il disparaît)

 

CHALUMEAU

 

Tiens! qu'est-ce qu'il a donc ce particulier?. . . (lui faisant des gestes) Oh! c'te binette. . . Bonjour, monsieur. . . Pardon si je ne vous reconduis pas.

 

BAGNOLET

 

Ça lui va joliment de nous traiter comme ça; qu'est-ce qu'il est donc, lui?. . .

 

CHALUMEAU

 

Tu le connais?

 

BAGNOLET

 

Pardine, c'est le nommé Antoine Digonard, un fameux faiseur de mauvaises affaires.

 

CHALUMEAU

 

De mauvaises affaires. . . ça ne doit pas l'enrichir.

 

BAGNOLET

 

Au contraire. . . elles sont mauvaises, c'est vrai, mais pour les autres.

 

CHALUMEAU

 

Ah! bon, je saisis!

 

BAGNOLET

 

Je l'ai connu dans mes temps de fortune. . . il m'a dévoré mon patrimoine.

 

TOUS, riant

 

Ha! ha! ha! son patrimoine!

 

CHALUMEAU

 

Tu as eu un patrimoine, toi, Bagnolet?

 

BAGNOLET

 

Oui, moi, Bagnolet. Qu'est-ce qu'il y a d'étonnant à ça? est-ce que dans la vie on n'a pas des hauts et des bas!

 

CHALUMEAU

 

Ah! tu as eu des hauts?

 

BAGNOLET

 

Et maintenant, c'est tout au plus si j'ai des bas. . . mais enfin, j'ai appartenu à une famille très-distinguée; mon père était établi à Tours en Touraine; il ven dait des instruments. . .

 

CHALUMEAU

 

Des instruments à vent?

 

BAGNOLET

 

Non, des instruments à eau.

 

CHALUMEAU

 

A eau? Ah! bon, connu, connu, des clarinettes d'apothicaire.

 

BAGNOLET

 

J'aurais dû me contenter de cette position honorable. . . mais j'étais dévoré d'ambition; à la mort de papa, je cédai son fonds, et je vins à Paris avec la moitié de la somme en argent, et l'autre en un billet que m'avait fait l'acquéreur.

 

CHALUMEAU

 

Et à combien qu'il se montait ton patrimoine?

 

BAGNOLET

 

A quinze cents francs. . .

 

CHALUMEAU

 

Tu n'as pas dû aller loin avec ça.

 

BAGNOLET

 

Mon existence de lion dura un mois, pendant lequel je fis la connaissance d'une délicieuse giletière. . . avec qui je passai une lune de miel et d'argent. . . mais bientôt il ne me resta plus que mon billet.

 

CHALUMEAU

 

C'était une ressource!

 

BAGNOLET

 

Oui, elle était gentille, la ressource; un nommé Montorgueil, un habile, un fameux que j'avais connu au divan des Panoramas, se chargea de me le faire escompter; il me mena chez le Digonard.

 

CHALUMEAU

 

Et celui-ci te donna. . .

 

BAGNOLET

 

Cinquante francs en argent, quarante flageolets, et un veau à deux têtes.

 

TOUS, riant

 

Un veau à deux têtes!

 

BAGNOLET

 

Et encore il était malade. . . huit jours après, il rendit le dernier soupir entre mes bras. . . bref, je me trouvai bientôt dans une complète débine, obligé de vivre d'industrie.

 

CHALUMEAU

 

Et la giletière t'avait planté là!

 

BAGNOLET

 

Chalumeau, vous calomniez son cœur. . . Elle était partie, c'est vrai; mais pour recueillir l'héritage d'une vieille tante qui venait de trépasser du côté de Dieppe.

 

CHALUMEAU

 

Alors, c'est différent! . . . (otant sa casquette) Honneur aux dames.

 

BAGNOLET

 

Du moins, je n'ai pas à rougir devant elle. . . O Arthémise! toi qui m'as connu si coquet, tu ne soupçonnes pas, sur les bords de la Manche, les trous qui se forment aux miennes.

 

CHALUMEAU

 

Ce pauvre Bagnolet!. . . et tu n'as pas flanqué une bonne roulée à ce gueux de Montorgueil?

 

BAGNOLET

 

J'en ai eu l'idée. . . oui, je l'aurais éreinté de bon cœur. . . si j'avais pu. . . mais il est plus fort que moi.

 

CHALUMEAU

 

Ah ça, tu le crains donc?

 

BAGNOLET

 

Non, mais j'en ai peur. . . (on entend sonner quatre heures)

 

DIGONARD, revenant

 

Quatre heures! Je suis d'une impatience. . . cette affaire dont me parle Montorgueil dans sa dernière lettre. . . (on entend le cornet et le roulement de la voiture) Ah! enfin, voici la voiture! (il sort)

 

CHALUMEAU

 

Allons, vous autres, à la voiture. (allant à Crèvecœur) Allons, viens avec nous, la vieille. . . gagner la petite goutte.

 

CRÉVECOEUR

 

La petite goutte. . . oui. . . oui.

 

TOUS

 

A la voiture! (ils courent au fond; la scène se vide)

 

SCÈNE III

 

BAGNOLET, puis ARTHÉMISE

 

BAGNOLET, seul

 

La voiture de Rouen; j'ai bien peur de ne pas faire mes frais aujourd'hui. . . ma foi! au petit bonheur. (il va pour sortir et se rencontre avec Arthémise)

 

ARTHÉMISE, entrant et cherchant des yeux

 

Ah ça mais, où s'est-il donc fourré ce monsieur Bagno. . . . (le reconnaissant) Ah! le voilà!. . .

 

BAGNOLET

 

Arthémise!

 

ARTHÉMISE

 

Ah! on vous trouve donc, monsieur Bagnolet?

 

BAGNOLET

 

Arthémise!. . . Arthémise!. . . aux messageries. . . Comment! c'est vous!. . . vous voilà de retour!. . . ah! quelle joie! quel bonheur!. . . Laissez-moi vous embrasser.

 

ARTHÉMISE, l’arrêtant

 

Du tout, du tout, monsieur.

 

BAGNOLET

 

On a fait sa barbe ce matin, c'est du satin, c'est du velours. (il l'embrasse)

 

ARTHÉMISE

 

Mais voulez-vous finir!. . . d'abord, je suis en colère contre vous.

 

BAGNOLET

 

Ah! bah! Alors, je vas vous embrasser pour faire la paix. (il l'embrasse)

 

ARTHÉMISE

 

Ah ça, mais c'est insupportable; voulez-vous bien m'écouter?

 

BAGNOLET

 

Parlez, Arthémise; je vas essayer de me calmer, je vas tâcher d'arrêter la locomotive.

 

ARTHÉMISE

 

C'est fort heureux! et pourquoi donc, monsieur, restiez-vous là, au lieu de venir à ma rencontre? . . .

 

BAGNOLET

 

A votre rencontre?. . . mais pour que je le fisse, il fallait que je le pusse; et pour que je le pusse, il fallait que je le susse. . . votre retour, et j'en ignorais complètement.

 

ARTHÉMISE

 

Allons donc! est-ce que je ne vous l'avais point écrit?

 

BAGNOLET

 

T'écrit. . . vous m'aviez écrit?

 

ARTHÉMISE

 

Certainement. . . il y a quatre jours, une lettre datée de Saint- Valéry, et par laquelle je vous annonçais mon arrivée.

 

BAGNOLET

 

Ah! bah! je n'ai rien reçu.

 

ARTHÉMISE

 

C'est impossible!

 

BAGNOLET

 

C'est impossible, mais ça est.

 

ARTHÉMISE

 

Et les trois autres, monsieur. les trois autres lettres que vous avez eu la petitesse de laisser sans réponse. . . hein?

 

BAGNOLET

 

Vous m’en avez écrit trois autres. . . Ah! j'y suis. . . vous les avez adressées à mon ancienne demeure.

 

ARTHÉMISE

 

Sans doute!

 

BAGNOLET

 

Et je suis déménagé.

 

ARTHÉMISE

 

Comment! vous avez changé de logement!

 

BAGNOLET, avec importance

 

Oui, les cheminées fumaient!. . . je n'étais pas content des papiers. . . et puis. . . (à part) et puis le propriétaire m'a flanqué à la porte.

 

ARTHÉMISE

 

Ah ça, mais au moins vous auriez pu vous donner la peine d'aller chez votre ancien concierge vous informer s'il n'était rien venu de ma part.

 

BAGNOLET

 

Arthémise, croyez que si j'avais su. . . pour avoir de vos nouvelles, pour me procurer vos trois lettres, j'aurais fait trente lieues à pied sur la tête. . . Dieu de Dieu! j'aurais été capable de tout. . . (frappant sur son gousset) oui, de tout. . . excepté de payer le port.

 

ARTHÉMISE

 

Tout ça, monsieur, c'est des phrases!

 

BAGNOLET

 

Et moi qui la traitais d'ingrate, d'infidèle, moi qui me croyais oublié, trahi!. . . oui, Arthémise, chaque nuit je rêvais trahison. . . je voyais des chats dans tous mes songes.

 

ARTHÉMISE

 

Je ne vous crois pas.

 

BAGNOLET

 

N'importe, je te revois, je te raime, je suis raimé. . . ah! je suis le plus heureux des hommes. . . ah! je suis le plus heureux des hommes. . . (il l'embrasse)

 

ARTHÉMISE, fâchée

 

Mais, monsieur, encore une fois. . .

 

BAGNOLET, l’embrassant

 

Encore une fois, je le veux bien. . . Pendant dix ans, cent ans, toute la vie, et pour commencer la réconciliation, je vas aller chercher vos cartons, vos paquets. . . Je peux faire ça pour vous.

 

ARTHÉMISE

 

Du tout, je n'ai besoin de personne.

 

BAGNOLET

 

Alors, permettez-moi d'aller vous chercher un fiacre, une citadine. . . je peux encore faire ça pour vous.

 

ARTHÉMISE

 

Je vous dis de me laisser; il faut que j'aille payer le prix de mes bagages.

 

BAGNOLET

 

Le prix de vos bagages. . . je peux toujours faire ça pour. . . (à part) C'est-à-dire, non, je ne peux pas faire ça pour elle.

 

ARTHÉMISE

 

Allons, allons, laissez-moi!

 

BAGNOLET

 

Mais écoutez. . .

 

ARTHÉMISE

 

Rien, vous allez me compromettre; je vous défends de me suivre. (elle sort)

 

BAGNOLET

 

Arthémise!. . . Arthémise!. . . Ah bien, elle me plante là. . . mais je la rattraperai. . . je l'attendrirai. . . je la fléchirai. (il se met à courir vers le fond et se rencontre avec Didier qui entre)

 

SCÈNE IV

 

BAGNOLET, DIDIER

 

BAGNOLET

 

Ah! excusez, monsleur, je ne vous voyais pas.

 

DIDIER

 

Eh mais, c'est Bagnolet.

 

BAGNOLET

 

Mon nom. . . mais pardon, pardon. . . je n'ai pas le temps de. . .

 

DIDIER

 

Tu n'as pas le temps de serrer la main à une ancienne connaissance, à un concitoyen?

 

BAGNOLET

 

Un concitoyen!. . . ah! vous êtes de Tours. . . Monsieur, je vous salue bien; mais, je suis très-pressé. . . il faut que je rattrape. . .

 

DIDIER, le remettant

 

Ah ça, mais regarde-moi donc! tu ne me reconnais pas?

 

BAGNOLET, le regardant

 

Attendez. . . si fait. . . je n'ai pas la berlue. . . ah! mon Dieu! est-ce possible. . . tu serais. . . vous êtes. . .

 

DIDIER

 

Charles Didier!

 

BAGNOLET

 

Charles Didier! qu'on appelait le petit Chariot?

 

DIDIER

 

Avec qui, dans ton enfance, tu allais. . .

 

BAGNOLET

 

A l'école. . . Oui , et qui me défendait toujours contre les grands. . . qui se battait à ma place. . . Ah! Dieu! m'en avez-vous épargné des taloches. . . aussi, entre nous, c'est à la vie, à la mort, et si je puis vous être bon à quelque chose!. . . Avez-vous vu l'obélisque?. . .

 

DIDIER

 

Pour le moment, j'ai plutôt besoin de repos; car depuis que nous ne nous sommes vus, j'ai fait de grands voyages.

 

BAGNOLET

 

Ah! bah! des grands voyages. . .

 

DIDIER

 

Et j'arrive des Indes, où mon pauvre père vient de mourir.

 

BAGNOLET

 

Votre vieux père. . . mais vous, qu'est-ce que vous avez été faire par là?

 

DIDIER

 

J'avais quitté la France. . . je m'étais engagé dans la marine, non par vocation, mais par amour.

 

BAGNOLET

 

Par amour!

 

DIDIER

 

Pour une jeune fille qui me semblait si belle, si pure et si bonne, que je n'osais lui parler de ma tendresse; je me trouvais indigne d'elle. . . et voilà pourquoi j'ai voulu me faire un nom. Je partis, emportant au fond de mon cœur, avec le souvenir de Louise, assez de force pour braver tous les dangers, pour surmonter tous les obstacles!. . . Courage, me disais-je souvent, un jour viendra où je la reverrai, où je pourrai lui dire. . . cette fortune que je possède, c'est pour la mettre à vos pieds que je l'ai acquise; ce nom qu'on entoure d'un peu d'estime et de respect, c'était pour qu'il fùt digne de vous que j'ai voulu l'ennoblir.

 

BAGNOLET

 

Je vous comprends!. . . c'est comme ça que j'aime Arthémise.

 

DIDIER

 

Je revins enfin après une longue absence. . . j'avais amassé plus de fortune que je n'en avais désiré, et je m'étais distingué dans quelques expéditions; juge de ma joie, de mon bonheur! j'allais enfin revoir mon pays, me retrouver auprès de la seule femme qui jamais eût fait battre mon cœur!. . . hélas! c'était une illusion qui devait bientôt s'évanouir. . . j'apprends, en débarquant, qu'un autre, en mon absence, s'était introduit auprès de cette jeune fille; que, profitant de quelques avantages personnels, et à l'aide de promesses mensongères, il s'était emparé de cette âme innocente et crédule. Oui, elle, cet ange de pureté à qui, moi, je n'osais penser qu'avec respect, avec admiration, à qui je voulais un jour offrir ma fortune et mon nom. . . elle était flétrie, déshonorée, elle était la maîtresse d'un autre.

 

BAGNOLET

 

Ah! grand Dieu! et cet autre, vous êtes allé le trouver?. . . vous vous êtes vengé?

 

DIDIER

 

Vengé!. . . moi!. . . (à part) O mon frère! mon frère! (haut) Je ne le pouvais pas. . . je ne pouvais pas me venger de lui.

 

BAGNOLET

 

Vous ne le pouviez pas? et pourquoi donc? Cristi!. . . ça n'est pas par le courage que je brille. . . quoique ancien lion, je n'ai pas le naturel de cet animal. . . mais si on m'en avait fait autant, je. . . et cette femme, vous ne l'avez pas revue?

 

DIDIER

 

Non, ils étaient partis, partis ensemble.

 

BAGNOLET

 

Ah! bon, je vous pénètre, vous venez les chercher.

 

DIDIER

 

Non. . . d'autres affaires, des affaires de famille m'appellent à Paris.

 

BAGNOLET

 

Ah! j'entends. . . c'est juste; au fait, vous venez retrouver votre frère. . .

 

DIDIER

 

Mon frère!. . . Paul a recueilli sa part de notre héritage, il doit être heureux. . . je ne le verrai pas.

 

BAGNOLET

 

Comment?. . .

 

DIDIER, à part

 

Oh! non, pas encore!. . .

 

BAGNOLET

 

Heureux, lui? mais pas du tout.

 

DIDIER

 

Que veux-tu dire?. . .

 

BAGNOLET

 

Qu'à son arrivée à Paris, monsieur Paul, votre frère, allait dans le monde. . . il voulait briller. . . trop briller, même.

 

DIDIER

 

Ensuite. . .

 

BAGNOLET

 

Si bien qu'an bout de quelque temps, il s'est trouvé sans le sou. . . alors, il s'est lancé dans ce qu'on appelle à Paris la haute mauvaise société.

 

DIDIER

 

Tu me fais frémir!

 

BAGNOLET

 

Mais, pour vivre longtemps dans ce monde-là, il faut ou beaucoup d'argent. . . ou beaucoup d'adresse. . . et. . .

 

DIDIER

 

Et Paul, qui était pauvre, ne s'y est pas maintenu, lui, parce qu'il n'a pas rejeté tout sentiment de probité, parce qu'il est homme d'honneur, n'est-ce pas?. . . et maintenant, il est en proie au besoin, à la souffrance, à la misère. . . (à part) Mais elle, mon Dieu, Louise, que sera-t-elle devenue?. . . (haut) Oh! je veux le retrouver, je veux le revoir!. . . tu dois connaître sa demeure, tu me conduiras. . .

 

BAGNOLET

 

Sa demeure?.  .. ça n'est pas facile; n'importe, je soupçonne. . . dès ce soir nous nous mettrons en campagne.

 

DIDIER

 

Où demeures-tu?

 

BAGNOLET

 

Plauche-Mibray street, numéro neuf, au cinquième au-dessus de deux entresols. . . il y a une patte de lièvre à la porte!

 

DIDIER

 

Il suffit!

 

UN FACTEUR, entrant

 

Monsieur Didier!

 

DIDIER

 

Eh bien?

 

LE FACTEUR

 

Monsieur, vos effets sont chargés; le fiacre vous attend.

 

DIDIER

 

Merci. . . (à part) Qu'ai-je appris, grand Dieu?. . . Paul!. . . non, malgré ses fautes. . . je ne puis. . . je ne veux pas l'abandonner. . . (haut) Bagnolet, tu te souviendras de ta promesse, n'est-ce pas?. . . j'irai te prendre. . . tu me conduiras vers mon frère. . . et si en échange de ce service, tu as besoin de moi, tu n'auras qu'un mot à dire. . . et ma reconnaissance. . . A ce soir, donc, Bagnolet, à ce soir.

 

BAGNOLET

 

A ce soir! (Didier sort)

 

SCÈNE V

 

BAGNOLET, puis MONTORGUEIL, DIGONARD, CHALUMEAU ET PETITS BOHÉMIENS

 

BAGNOLET, seul

 

Le retrouver, ça ne sera pas facile; un homme sans domicile. . . C'est égal, j'ai une idée. . .

 

(en ce moment entrent Montorgueil et Digonard poursuivis par les petits Bohémiens, puis le Facteur,

Chalumeau, le Colleur et Poplard)

 

LE FACTEUR

 

Bourgeois, je vais vous indiquer un commissionnaire.

 

POPLARD

 

Un commissionnaire? voilà! voilà!

 

CHALUMEAU et LE COLLEUR

 

Voilà, pour la commission!

 

MONTORGUEIL

 

Allons, je vous dis de ne pas me rompre les oreilles, je n'ai besoin de personne pour mes malles.

 

BAGNOLET, à part

 

Ses malles. . . C'est un voyageur!. . . tenue d'homme riche, si je lui offrais. . .

 

MONTORGUEIL, à Digonard

 

Venez par ici, nous pourrons causer plus à notre aise.

 

BAGNOLET, s'avançant

 

Pardon; monsieur est étranger; s'il avait besoin d'un cicérone.

 

MONTORGUEIL, se détournant

 

Hein?. . . que veux-tu?

 

BAGNOLET, effrayé

 

Montorgueil!. . . ah! grand Dieu!

 

MONTORGUEIL

 

Eh! c'est Bagnolet! quel diable de métier fais-tu là?

 

BAGNOLET

 

Moi je. . . je. . .

 

MONTORGUEIL

 

Allons, c'est bien, nous avons à causer. . . va-t'eu.

 

BAGNOLET

 

Je m'en vais. . . (à part) Allons retrouver Arthémise. . . Ce diable d'homme me fait des peurs atroces. (il sort précipitamment)

 

CHALUMEAU, un petit bout de cigare à la bouche; à part

 

Exerçons ma petite industrie. . . (haut) Excusez, mon bourgeois; voulez-vous me permettre de m'allumer?

 

MONTORGUEIL, lui tendant son cigare

 

Allons, dépèche-toi!

 

DIGONARD

 

Nous n'en finirons pas!

 

MONTORGUEIL

 

Oh! cela ne peut pas se refuser, la fraternité du cigare.

 

CHALUMEAU

 

Oui, la fraternité du. . . Merci, mon bourgeois. (il met le grand cigare de Montorgueil dans sa bouche et lui présente son petit bout)

 

MONTORGUEIL

 

Hein? comment. . . eh! bien, que fais-tu donc?

 

CHALUMEAU

 

Ah! pardon, pardon, c'est que je m'étais trompé. . . voilà le vôtre.

 

MONTORGUEIL

 

Animal, maintenant que tu l'as mis dans ta bouche, garde-le.

 

CHALUMEAU, à part

 

C'est bien là-dessus que je comptais. (haut) Ah! rendez-moi mon bout, si ça vous est égal.

 

MONTORGUEIL

 

Tiens, et laisse-moi en repos. . . (il jette le bout, Chalumeau le ramasse)

 

CHALUMEAU

 

Enlevé! voilà déjà trois cigares que ce bout-là me rapporte. (il éteint celui de Montorgueil, le met dans sa poche, et sort)

 

SCÈNE VI

 

MONTORGUEIL, DIGONARD

 

DIGONARD

 

Eh bien, nous voilà seuls, parlons de cette grande affaire.

 

MONTORGUEIL

 

Attends, car c'est toute une histoire. . . histoire mystérieuse, mais dont je puis te confier le secret, à toi qui me connais bien et dont je sais aussi toute la vie. . .

 

DIGONARD

 

Toute ma vie. . . je suis banquier. . .

 

MONTORGUEIL

 

Bon. . . et je sais ce que tu étais avant. . . Je sais même depuis que tu exerces la banque, plus d'un zéro criminel que tu as adroitement glissé à la fin d'un compte de jeune homme. . .

 

DIGONARD

 

Enfin cette affaire.

 

MONTORGUEIL

 

M'y voici, il y a quelque temps, je me trouvais à Dieppe, ayant épuisé toutes mes ressources.

 

DIGONARD

 

Je le sais. . .

 

MONTORGUEIL

 

Oui, car je t'avais écrit pour te supplier de me prêter quelque argent sur ma parole.

 

DIGONARD

 

Ta parole, par malheur, c'était ta seule garantie.

 

MONTORGUEIL

 

Ce qui fait que tu ne m'as rien prêté du tout; or, un soir, j'étais sans argent, n'ayant auprès de moi ni un ami qui put m'aider, ni quelque autre dont je pusse me servir. . . je me promenais dans la campagne, aux alentours d'une petite maison dont je venais de voir sortir les habitants. . . La maison est déserte, me disais-je, et à cette pensée, un frisson parcourut tout mon corps. . . Une haie de quelques pieds me séparait seule du jardin; je la franchis d'un bond, et grimpant lestement le long d'un arbre renversé sur la façade de derrière, j'entrai dans l'appartement du premier étage; il y avait là un secrétaire bien fermé pour un autre, mais presque ouvert pour moi , et dans ce secrétaire deux piles d'écus, que j'enveloppai à la hâte dans la première feuille de papier que je sentis sous ma main; puis, je sautai de la croisée dans la terre labourée du jardin, et je partis. . . Une heure après, attablé dans un restaurant de la ville, je déroulai mes écus, et je découvris que l'enveloppe était une lettre que je me mis à lire. . . cette lettre était datée des grandes Indes, et signée: Didier.

 

DIGONARD, avec étonnement

 

Didier!

 

MONTORGUEIL

 

Didier, négociant de Tours, et qui était allé rejoindre là-bas sou fils aîné, presque son fils unique, puisque le plus jeune était, disait-il, perdu pour le monde et pour son père. . . Le vieillard écrivait cette lettre à son lit de mort; il l'adressait à son meilleur ami, au millionnaire Desrosiers, et acceptait l'offre que celui-ci avait faite d'unir leurs deux enfants. . . Je me souvins alors de ce Paul Didier de Tours qui avait pendant quelque temps vécu parmi les nôtres, c'était le plus jeune des deux frères; mais celte lettre m'apprenait que Desrosiers, parti depuis longtemps de sa ville natale, ne connaissait ni l'un ni l'autre; alors une pensée subite s'empara de mon esprit, un plan immense se déroula tout entier devant mes yeux; cette lettre était un talisman qui devait nous enrichir, une mine d'or dont je tenais le filon; je venais de voler deux cents francs, je les avais enveloppés dans un million.

 

DIGONARD

 

Mais ce plan, quel est-il?

 

MONTORGUEIL

 

Le lendemain, plus décemment vêtu, je me présentai chez Desrosiers. J'arrive des Indes, lui dis-je, et je vous annonce le retour de votre futur gendre. . . Eh! quoi Didier?. . . Est en ce moment à Paris où le retiennent quelques affaires. . . 'Eh bien, s'écrie le bonhomme, c'est à Paris que je veux faire la noce, nous irons à Paris.

 

DIGONARD

 

Ah! bah! il va venir?

 

MONTORGUEIL

 

Il est venu; en ce moment il conduit sa fille à l’hôtel Meurice, dans un instant, il reviendra pour y faire porter ses bagages, et les miens.

 

DIGONARD

 

Les tiens. . . mais je croyais qu'il y a un mois, tu étais sans. . .

 

MONTORGUEIL

 

Il y a un mois, je ne connaissais pas mon ami Desrosiers; maintenant, il faut retrouver Paul.

 

DIGONARD

 

Paul Didier!

 

MONTORGUEIL

 

Oui, Paul, qui saura bien parler au Desrosiers de son propre père, de ce vieil ami qu'il a si longtemps connu, et des grandes Indes qu'il ne connaît pas, Paul, que nous tirerons de la misère pour lui donner une riche dot que nous partagerons, bien entendu; mais il faut délier à son profit les cordons si serrés de ta bourse; c'est un beau cavalier auquel il ne manque que des habits d'une coupe nouvelle, un cabriolet, un groom, et tu lui donneras tout cela.

 

DIGONARD

 

Mais. . .

 

MONTORGUEIL

 

Car ce n'est qu'avec tout cela qu'il peut prendre, sans éveiller les soupçons, la place de ce frère qui s'est enrichi aux Indes.

 

DIGONARD

 

Fort bien, mais cette fois je ne veux pas risquer. . .

 

MONTORGUEIL

 

Quelques billets de mille francs, pour en gagner deux cent mille?

 

DIGONARD

 

Deux cent mille. . .

 

MONTORGUEIL

 

Ah! tu réfléchis, mais cela ne suffit pas, il faut agir.

 

DESROSIERS, hors scène

 

Fort bien, je reviens à l'instant.

 

MONTORGUEIL

 

Silence! j'aperçois notre homme.

 

SCÈNE VII

 

Les mêmes, DESROSIERS

 

MONTORGUEIL

 

Eh! arrivez donc, mon cher monsieur Desrosiers, j'étais en train de parler de vous.

 

DESROSIERS

 

Vraiment!

 

MONTORGUEIL

 

Oui, je faisais votre éloge, je disais qu'il est impossible de rencontrer un compagnon de voyage plus agréable et plus spirituel.

 

DESROSIERS

 

Ah! monsieur, croyez que de mon côté je n'ai qu'à m'applaudir. . .

 

MONTORGUEIL

 

Vous êtes bien; bon mais permettez-moi d'abord de vous présenter monsieur Antoine de Digonard.

 

DESROSIERS, saluant

 

Monsieur! je n'ai qu'à m'auplaudir. . .

 

DIGONARD, saluant

 

Monsieur!

 

MONTORGUEIL

 

C'est un de mes meilleurs amis, un ami de notre cher Didier, et qui a su à force de travail et de capacité se créer une position brillante.

 

DIGONARD, modestement

 

Montorgueil!

 

MONTORGUEIL

 

Qui possède une fortune considérable, et, ce qui est plus rare, une réputation sans tache.

 

DIGONARD

 

Assez, Montorgueil. . . assez!. . .

 

DESROSIERS

 

Présenté par vous, monsieur, cela suffit. Couvrez-vous donc.

 

DIGONARD

 

Monsieur. . .

 

DESROSIERS

 

Monsieur. . .

 

MONTORGUEIL

 

Messieurs! (ils se couvrent tous les trois) Ah! c'est qu'à Paris, il est indispensable de savoir à qui l'on a affaire. Dans cette Babylone moderne, il faut toujours être sur la réserve, ou l'on court risque d'être trompé.

 

DIGONARD

 

Montorgueil a raison.

 

DESROSIERS

 

Ma foi, messieurs, moi, je n'ai jamais craint cela; en affaires comme en amitié, j'ai toujours été d'une entière confiance. . . et, jusqu'à présent, je n'ai eu qu'à m'applaudir.

 

DIGONARD

 

En vérité, cela prouve la droiture de votre caractère.

 

DESROSIERS

 

Et puis je me flatte d'être assez bon physionomiste. . . je distingue du premier coup d'oeil. . .

 

DIGONARD

 

Vraiment!

 

DESROSIERS

 

Par exemple, voire ami Monsieur de Montorgueil a tout de suite fait ma conquête. . . oui, la première fois que je l'ai vu, je me suis dit: Parbleu, voilà un honnête homme.

 

DIGONARD

 

Peste! je vois que vous vous connaissez en physionomies.

 

MONTORGUEIL

 

Touchez là, monsieur Desrosiers. . . (il lui tend la main) la confiance d'un homme tel que vous est un trésor pour un homme tel que moi! Mais je vous le répète, il ne faut pas se fier au premier venu. . . à Paris, il y a tant de bohémiens.

 

DESROSIERS, étonné

 

Comment! des Bohémiens. . . vous avez à Paris des réfugiés de Bohème?

 

MONTORGUEIL

 

Eh! non, vous n'y êtes pas. . . j'entends par bohémiens cette classe d'individus dont l'existence est un problème, la condition un mythe, la fortune une énigme, qui n'ont aucune demeure stable, aucun asile reconnu, qui ne se trouvent nulle part, et que l'on rencontre partout! qui n'ont pas un seul état, et qui exercent cinquante professions; dont la plupart se lèvent le matin sans savoir où ils dîneront le soir; riches aujourd'hui, affamés demain; prêts à vivre honnêtement s'ils le peuvent, et autrement s'ils ne le peuvent pas.

 

DESROSIERS

 

Ah ça, mais ce sont des filous!

 

MONTORGUEIL

 

Non pas, ce sont des bohémiens! Les bohémiens, vous les coudoyez à chaque pas dans Paris; les uns tiennent le haut bout de l'échelle, ils s'intitulent jurisconsultes, ex-préfets de l'empire, ou chevaliers de l'Éperon d'or. . . On les trouve à Tortoni, aux courses, et dans les coulisses de l'Opéra; les autres gravitent au milieu de l'échelle. . . ce sont les prétendus réfugiés, les pique-assiettes, et les mendiants à domicile. . . pauvres diables que l'on rencontre à la Bourse, au Palais-Royal, ou près des poêles des cafés. . . Enfin, tout au bas, au pied de l’échelle, se tiennent les infiniment petits, la menue monnaie de l'espèce; ceux-là vendent des cannes, des chaînes de sûreté, ouvrent les portières. . ., et caetera. . . et caetera. . . enfin, mon cher monsieur Desrosiers, il y a, tant de petits que de grands, cent mille bohémiens à Paris.

 

DESROSIERS

 

Cent mille!. . .

 

MONTORGUEIL

 

Cent mille oiseaux parasites, alléchés par le grain d'autrui. . . araignées de la civilisation, qui tendent leurs toiles pour y prendre les dupes. . . Ce spéculateur qui vous propose une affaire d'un million, et finit par vous emprunter cent sous. . . bohémien. . . L'éditeur de ce journal qui ne paraît jamais. . . bohémien. . . Ce prétendu banquier qui vous invite à dîner chez Véry et qui s'aperçoit au dessert qu'il a oublié sa bourse. . . bohémien. . . Enfin, cet homme que vous connaissez à peine et qui vous appelle son cher ami, en vous serrant la main (il serre la main de Desrosiers) bohémien!. . . bohémien. . . toujours bohémien. . .

 

DESROSIERS

 

Ah! bien, bien, je devine.

 

MONTORGUEIL

 

Oui, monsieur, et le soir, tout ce monde-là a déjeuné, a dîné, a vécu après s'être réveillé sans un sou.

 

DESROSIERS

 

Bon, bon! je comprends. . . ce sont les imbéciles qui payent pour eux. . . A propos, messieurs, il est cinq heures; voulez-vous me permettre de vous offrir à dîner?

 

MONTORGUEIL

 

Comment donc! j'accepte avec plaisir.

 

DIGONARD

 

Et moi j'allais vous le proposer.

 

MONTORGUEIL, bas

 

Menteur!. . .

 

DESROSIERS, à Digonard

 

A merveille! nous ferons à table plus ample connaissance, nous causerons de la surprise que je ménage à notre cher Didier. . .

 

MONTORGUEIL

 

C’est cela. . . le temps seulement de faire porter mes malles.

 

DESROSIERS, voyant entrer un facteur

 

Et justement, je crois que les voilà.

 

SCÈNE VIII

 

Les mêmes, BAGNOLET, ARTHÉMISE, VOYAGEURS, PETITS BOHÉMIENS

 

Les voyageurs arrivent portant des paquets

 

BAGNOLET, portant des paquets

 

Venez, par ici, je vous dis que je porterai ça moi-même.

 

ARTHÉMISE

 

Prenez garde à mon oiseau, surtout.

 

LES PETITS BOHÉMIENS, les poursuivent, en criant

 

Bourgeois, une voiture. Faut-y un commissionnaire, bourgeoise? mon général, je vous demande la préférence.

 

DESROSIERS, à Montorgueil

 

Ah! mon Dieu! quel brouhaha!

 

UN FACTEUR

 

Les malles de Monsieur Montorgueil.

 

MONTORGUEIL

 

C'est bien, mettez ça là.

 

PLUSIEURS PETITS BOHÉMIENS

 

Bourgeois, voulez-vous que je porte ça?

 

MONTORGUEIL

 

Eh! non, laissez-moi en repos. (tous s'éloignent Crèvecœur reste seul près de Montorgueil) Eh bien, et toi, qu'est-ce que tu me veux?. . .

 

CRÈVECOEUR

 

Les malles. . . porter les malles. . . pour gagner. . . le pour-boire. . .

 

MONTORGUEIL

 

Je n'ai que faire de toi, ivrogne.

 

CRÈVECOEUR

 

Ah!. . . (Montorgueil le repousse durement; les petits bohémiens le font pirouette)

 

BAGNOLET

 

Eh bien, eh bien, pourquoi le bousculez-vous comme ça. . . làchez-le donc, ce pauvre homme!

 

CHALUMEAU

 

Au fait, pourquoi qu'il se laisse faire ? pourquoi qu'il est si endurant?

 

BAGNOLET

 

Vous croyez ça. . . lui, endurant. . . il ne l'est pas toujours, allez; rien qu'avec un mot, le mouton peut se changer en tigre enragé.

 

CHALUMEAU

 

Ah! bah! lui, plus souvent!

 

BAGNOLET, posant les cartons

 

Plus souvent. . . eh bien, tu vas en juger; dis donc, eh! Crèvecœur.

 

CRÈVECOEUR

 

Hein?

 

BAGNOLET

 

Tu vois bien celui-là? (il lui désigne Chalumeau)

 

CRÈVECOEUR

 

Oui. . . eh bien?

 

BAGNOLET

 

Eh bien, c'est lui qui a fait mourir Marie Hubert.

 

MONTORGUEIL, qui a entendu, à part

 

Marie Hubert!

 

CRÈVECOEUR, furieux

 

Marie Hubert!. . . lui!. . . lui!. . . (il s'élance avec fureur sur Chalumeau et le terrasse)

 

CHALUMEAU

 

Eh ben!. . .  eh ben!. . . qu'est-ce qu'il a donc? Retenez-le. . . mais retenez-le donc!

 

CRÈVECOEUR, qu'on arrête

 

Laissez. . . laissez. . . il a fait mourir Marie Hubert. . .

 

BAGNOLET, l'arrêtant

 

Allons, allons, Crèvecœur; c'était une farce, c'était pour t'attraper. . . ce n'est pas lui!

 

CRÈVECOEUR, se calmant

 

Ah! ce n'est pas lui!

 

BAGNOLET

 

Eh! non, c'était pour plaisanter.

 

CRÈVECOEUR

 

Plaisanter!. . . faut pas plaisanter avec Marie Hubert! (il s'éloigne paisiblement)

 

MONTORGUEIL, qui a tout examine; à part

 

Marie Hubert!. . . voilà qui est étrange! (allant frapper sur l'épaule de Crèvecœur) Dis-moi, mon brave, porte ma malle, je te payerai bien.

 

CRÈVECOEUR

 

Oui. . . oui. . . merci. . . (il va prendre la malle)

 

MONTORGUEIL

 

Allons, messieurs!

 

DESROSIERS

 

A table nous causerons de notre grande affaire. . .

 

BAGNOLET, à Arthémise

 

Partons!. . . (à part) Je tiens ma poulette!. . .

 

MONTORGUEIL, prenant le bras de Desrosiers

 

Partons! je tiens mon pigeon!

 

 

ACTE DEUXIÈME

 

 

PREMIER TABLEAU

 

 

Le théâtre représente le dessous de la première arche d'un pont dont le dessus doit être praticable; à la gauche de l'acteur est une berge au bas de laquelle coule la rivière; de longues planches communiquent de la berge aux bateaux; le devant de la scène est praticable; au fond on aperçoit Paris. Le théàtre ne doit être que faiblement éclairé.

 

 

SCÈNE I

 

CHALUMEAU, POPLARD, plusieurs autres BOHÉMIENS, les uns sous l'arche, les autres dans des bateaux, vidant l'eau.

 

Toutes les scènes des petits bohémiens doivent être jouées avec mystère et sans parler haut.

 

CHALUMEAU, du haut du pont

 

Brrrrrrl

 

TOUS, levant la tête

 

Quoi donc?

 

CHALUMEAU

 

C'est moi, c'est Chalumeau. (il descend) Eh! Poplard! quoique tu fais donc?

 

POPLARD

 

Attends. . . je prépare la chambre à coucher; je viens de retourner les matelats et je confectionne les oreillers. . . Qu'est-ce qui me passe de la paille?

 

PREMIER BOHÉMIEN

 

Voilà! Tiens, v'là pour ton lit de plume.

 

CHALUMEAU

 

Dis donc, Poplard!

 

POPLARD

 

De quoi?

 

CHALUMEAU

 

N'en mets pas trop à ma place, mon bonhomme.

 

POPLARD

 

Pourquoi donc ça?

 

CHALUMEAU

 

Je veux pas m'habituer à être couché trop doucement; on ne sait pas dans quelle position qu'on peut se trouver plus tard.

 

POPLARD

 

Ah ben, t'es pas comme moi, j'aime à être ben couché.

 

CHALUMEAU

 

On n'est pas déjà si mal ici, on a la rivière qui vous berce comme une maman nourrice; seulement, y a une chose qui me chiffonne.

 

POPLARD

 

Et quoi donc?

 

CHALUMEAU

 

C'est d'avoir pas de rideaux.

 

TOUS

 

Des rideaux!

 

CHALUMEAU

 

Oui, ça empêcherait les courants d'air. C'est si mal fermé sous les ponts.

 

POPLARD

 

A propos, tous les locataires sont-ils rentrés?

 

CHALUMEAU

 

Il manque encore l'abruti et le moderne.

 

POPLARD

 

Ah! oui, ce jeune homme qui vient coucher ici depuis une huitaine de jours. Faudra pourtant s'informer de ce que c'est, lui demander son non.

 

CHALUMEAU

 

As-tu pas peur de te compromettre!

 

POPLARD

 

Mais dame, faut savoir qui qu'on fréquente.

 

UNE VOIX, en dehors

 

Prrr. . .

 

TOUS

 

Qu'est-ce que c'est que ça?

 

CHALUMEAU

 

Ah! je connais, c'est un de mes amis, monsieur Plure d'Oignon.

 

POPLARD

 

Plure d'Oignon, j'en ai entendu dire. . .

 

CHALUMEAU

 

Laisse donc! c'est pas un filou, il ouvre les portières et il sert les maçons.

 

POPLARD

 

Faudra voir.

 

CHALUMEAU

 

Il chante comme un rossignol, nous lui ferons gazouiller quelque chose.

 

SCÈNE II

 

Les mêmes, PLURE D'OIGNON, arrivant par un escalier qui se trouve à gauche

 

PLURE D'OIGNON

 

Monsieur Chalumeau, s'il vous plaît?

 

POPLARD

 

C'est ici, donnez-vous donc la peine d'entrer.

 

CHALUMEAU

 

Me v'là, bonsoir! comment que tu te portes?

 

PLURE D'OIGNON, tristement

 

Ça va mal. . . merci.

 

CHALUMEAU

 

Comme t'as l'air triste ce soir! Qu'est-ce qui l'est donc arrivé?

 

PLURE D'OIGNON

 

Tous les malheurs; d'abord je viens d’éprouver une banqueroute.

 

TOUS

 

Une banqueroute!

 

PLURE D'OIGNON

 

Oui; un monsieur et une belle dame qui m'ont envoyé chercher une voiture, et ils ne m'ont rien donné.

 

TOUS

 

Ah!

 

POPLARD

 

Le monde est si dur.

 

PLURE D'OIGNON

 

De plus, mon logeur m'a donné mon compte.

 

CHALUMEAU

 

Bah! et pourquoi?

 

PLURE D'OIGNON

 

Parce que je ne lui payais pas le sien; mais heureusement je me sois souvenu que tu m'as offert l'hospitalité, et me v'là; tu vas me conduire à ton domicile.

 

CHALUMEAU

 

A mon domicile; mais tu y es. . .

 

PLURE D'OIGNON

 

Ah bah!

 

POPLARD

 

Vous occupez le salon, (montrant le bateau) et voici la chambre à coucher.

 

PLURE D'OIGNON

 

Ah! ce local. . . Y a pas cher de loyer alors.

 

CHALUMEAU

 

Rien par mois, y compris le sou pour livre.

 

POPLARD

 

Pas d'amende au portier, on rentre à l'heure qu'on vent.

 

CHALUMEAU

 

Et même tu peux utiliser tes heures de sommeil, et t'adonner à la pêche en dormant.

 

PLURE D'OIGNON

 

Qu'est-ce que c'est que ça, la pèche en dormant?

 

CHALUMEAU

 

Une invention à moi, qui m'est venue, en voyant la sonnette que messieurs les concierges ont au-dessus de leur tête pendant la nuit. Tu vois bien ce grelot?

 

PLURE D'OIGNON

 

Eh bien?

 

CHALUMEAU

 

Eh bien, le soir, quand je me couche, je me l'attache à l'oreille avec le cordon de ma ligne, que je laisse pendre à l'eau par l'autre bout, et je m'endors. Quand ça commence à mordre, v'ià la ligne qui remue, et quand c'est pris tout à fait, le grelot fait sa musique. . . Drelin, drelin, drelin, c'est comme si le poisson criait: Cordon, s'il vous plaît. Aussitôt je me réveille et je pince mon goujon. V'ià ce que c'est que la pêche en dormant.

 

TOUS

 

Bravo!

 

POPLARD

 

Dès ce soir je cueille une friture.

 

PLURE D'OIGNON

 

Allons, je vois qu'on ne s'ennuie pas trop ici, et puisque je ne peux pas faire autrement, je me décide et je reste.

 

CHALUMEAU

 

C'est ça; et pour nous payer ta bienvenu, tu vas nous chanter quelque chose.

 

TOUS

 

Oui. Oui.

 

PLURE D'OIGNON

 

Ça m'est encore égal: écoutez. (tout le monde l'entoure, Crèvecœur paraît)

 

PREMIER BOHÉMIEN

 

Chut!

 

POPLARD

 

Que qu'y a?

 

PREMIER BOHÉMIEN

 

V'là la patrouille. (la patrouille passe sur le pont; Nouveau bruit de pas)

 

POPLARD

 

La voilà qu'elle passe sur le pont. V'là qu'elle descend par ici. (mouvement) Eh! non. . . Tiens, c'est le père Crèvecœur. (Crèvecœur descend) Eh, oui, parbleu, c'est lui. . . C'est toi, mon vieux?

 

SCÈNE III

 

Les mêmes, CRÈVECOEUR

 

CRÈVECOEUR

 

Oui, me v'là, bonsoir.

 

CHALUMEAU

 

Eh ben! vieux, comment que ça va? nous avons donc gagné de l'argent aujourd'hui?

 

CRÈVECOEUR

 

Oui, oui, un peu.

 

CHALUMEAU

 

Combien qu' y t'a donné, ce bourgeois, pour porter ses malles?

 

CRÈVECOEUR

 

Une pièce de trois francs.

 

TOUS

 

Trois francs!

 

POPLARD

 

Plus que ça de pourboire! merci! Est-ce que t'as déjà tout avalé?

 

CRÈVECOEUR

 

Non, pas tout; il m'en reste encore.

 

POPLARD

 

Voyons, combien qu'y te reste?

 

CRÈVECOEUR, tirant son argent

 

Ah! j'sais pas, j'ai pas compté.

 

POPLARD

 

Voyons! Trente sous. Comment, malheureux, tu n'as plus que trente sous! Je parie que tu as en perdu en route, t'as si peu de soin! Pour plus de sûreté, je vas te garder ça, moi.

 

CRÈVECOEUR

 

Ah! je veux bien.

 

CHALUMEAU

 

Du tout, du tout, je ne veux pas; je le connais, Poplard; sous prétexte de t'empêcher de le dépenser, il serait capable de le dépenser soi-même. (il le reprend à Poplard et le donne à Crèvecœur) Tiens, ma vieille, mets ça dans ta poche, pour boire ta petite goutte demain.

 

CRÈVECOEUR

 

Merci!

 

CHALUMEAU

 

C’pauvre vieux!. . . parce qu'il est abruti, c'est pas une raison pour lui prendre ce qu'il a. . . Allons, va te coucher, ma vieille; après ce que t'as bu aujourd'hui, tu dois avoir envie de faire dodo. . . Bonne nuit, papa Crèvecœur.

 

CRÈVECOEUR

 

Bonsoir! bonsoir!. . .

 

TOUS

 

Bonsoir, l'Abruti!

 

CRÈVECOEUR

 

Bonsoir!. . . (il outre dans le bateau)

 

POPLARD

 

Ah ça, qu'est-ce que l'as donc à prendre comme ça ses intérêts?

 

CHALUMEAU

 

C'est mon idée. . . je veux qu'on aie pour lui les plus grands égards. . . qu'on lui laisse la meilleure place dans le bateau. . . et surtout, qu'on ne lui parle jamais de Marie Hubert.

 

CRÈVECOEUR, sortant la tête hors du bateau

 

Hein!. . . de quoi?

 

CHALUMEAU

 

Rien, rien. . . bonne nuit, mon vieux; ne fais pas de mauvais rêves. . . (Crèvecœur disparaît tout à fait)

 

SCÈNE IV

 

Les mêmes, PAUL, arrivant par la berge qui se prolonge derrière le pont

 

PAUL, timidement

 

Pardon, mes amis. . . je venais. . .

 

TOUS

 

Tiens, c'est le nouveau.

 

PAUL

 

Mais je vous gênerai peut-être?

 

POPLARD

 

Nous gêner? pourquoi donc ça?

 

PAUL

 

Ah! c'est qu'en vous voyant aujourd'hui plus nombreux qu'à l'ordinaire, je craignais. . .

 

CHALUMEAU

 

De trouver vot' place prise?. . . allons donc, c'est sacré ça. . . est-ce que vous n'êtes pas un camarade. . . un habitué?

 

PAUL

 

Un camarade. . . en effet, voilà huit jours. . .

 

CHALUMEAU

 

Huit jours que vous v'nez passer la nuit ici. . . (mouvement de Paul) Ah! pardine, y a pas d'affront, on n'est pas déshonoré pour ça. . . n'est-ce pas, vous autres?

 

POPLARD

 

Tiens, j'y couche bien, moi!

 

CHALUMEAU

 

C'te bêtise!. . . est-ce que tu ne vois pas aux manières de monsieur, qu'y n'est pas habitué à vivre comme nous?

 

PLURE D'OIGNON

 

Ah ça! vous avez donc eu des malheurs?

 

PAUL

 

Des malheurs!. . . Non. . . ce sont mes propres fautes qui m'ont conduit à cet état de misère et de honte. . . je ne puis accuser que moi-même. . . Le désir de briller, une ambition au-dessus de mes moyens, m'ont entraîné à contracter des dettes. . .

 

CHALUMEAU

 

Tu entends, Plure d'Oignon!. . . ménage ta fortune, mon bonhomme.

 

PAUL

 

Délaissé, abandonné par ceux qui se disaient mes amis, poursuivi par mes créanciers, je n'osai bientôt plus rentrer chez moi, où m'attendaient un désespoir plus poignant que le mien, des reproches plus cruels encore que ceux de ma conscience.

 

CHALUMEAU

 

Bon, bon, je comprends pas!. . . Comprenez-vous, vous autres?. . .

 

TOUS

 

Ma foi, non!. . .

 

CHALUMEAU

 

Mais n'importe, faut reprendre un peu de courage. . . il ne faut quelquefois qu'un instant pour vous remettre à flot.

 

PLURE D'OIGNON

 

Tiens! et avec ça qu'y couche sur l'eau, c'est déjà un commencement. . . Ah ça! soupe-t-on, ici?

 

CHALUMEAU

 

Ça me va! j'régale!

 

POPLARD

 

Passons dans la salle à manger. (ils remontent la berge et vont s'asseoir au bas de la pile du pont)

 

PAUL, se tenant à l’écart

 

Huit jours déjà de ce cruel supplice; huit jours pendant lesquels le remords et la faim sont venus m'assiéger sans relâche. . . j'ai cherché du travail, mais on m'a demandé l'emploi de ma vie passée, et la honte m'a monté au visage. . . Chaque soir me ramène parmi ces misérables, cent fois moins à plaindre que moi, car je les vois dormir à mes côtés, tandis que de cruels souvenirs me tiennent éveillé. . . . Louise, pauvre Louise, que je ne me suis rappelée que dans le malheur, comme elle a dû souffrir depuis mon abandon! Mon amour seul, disait-elle, lui donnait du courage; et maintenant quels doivent être sa misère et son désespoir!. . . Oh! si je n'écoutais que le cri de mon cœur, je braverais tout, je courrais près d'elle. . . Hélas! j'entendrais ses sanglots et ses plaintes, je verrais couler ses larmes. . . Oh! pardonnez-moi, mon Dieu! mais je me sens trop coupable, je n'en aurais pas le courage.

 

POPLARD

 

Ah! ma foi, nous avons bien soupé.

 

CHALUMEAU

 

Allons, Plure d'Oignon, pour dessert, ta chanson. . . ta chanson.

 

TOUS

 

Oui, oui, la chanson.

 

PLURE D'OIGNON

 

Eh ben, m'y v'là!. . . Écoutez ça, vous autres. . . Le refrain en chœur, mais modérément, de peur d'attirer la patrouille.

 

(il chante la chanson des bohémiens, dont tout le monde répète le refrain, tandis que Paul se tient à l'écart)

 

Air de M. Arthus

 

PREMIER COUPLET

 

Fouler le bitume

Du boulevard, charmant séjour,

Avoir pour coutume

De n'exister qu'au jour le jour,

Lorsque l'on voyage,

Sur son dos, comme le limaçon,

Porter son bagage,

Son mobilier et sa maison.

Vivre d'industrie, (bis)

Avoir sa gaîté pour tout bien,

Eh! voilà la vie

Du vrai bohémien

Parisien.

Et voilà la vie,

Oui, voilà la vie

Du vrai bohémien parisien.

 

DEUXIEME COUPLET

 

Oiseau de passage,

Il frequente touts les quartiers;

Sans apprentissage

Il fait plus de vingt petits métiers;

Mais l’pain qu’il soutire

Aux bons jobards, aux gens bien mis,

Le soir, sans rien dire,

Il l'partage avec ses amis.

Vivre d'iudustrie, etc.

 

TROISÉME COUPLET

 

Auprès de nos belles

Comme un volcan il est cité;

Pourtant avec elles

Il a trés-peu de fixité.

Qu'une brune en ce monde

Lui fasse des traits et des noirceurs,

Il eu prend uu' blonde,

Afin de varier les couleurs.

Vivre d'iudustrie, etc.

 

(on entend la voix de Bagnolet qui chante au loin le premier couplet)

 

CHALUMEAU

 

Tiens, qu'est-ce qui chante donc là-bas?

 

POPLARD

 

Ça vient d'une barque. . . elle nage par ici.

 

(on aperçoit alors une barque qui descend sur le devant et dans laquelle se trouvent Bagnolet et Didier, tous deux couverts d'une blouse et d'une casquette)

 

SCÈNE V

 

Les mêmes, BAGNOLET, DIDIER

 

CHALUMEAU

 

Tiens, c'est Bagnolet.

 

TOUS

 

Bagnolet!

 

BAGNOLET

 

Oui, les amis.

 

REPRISE DU CHOEUR

 

Vivre d'industrie, etc.

 

CHALUMEAU

 

Te voilà donc, mon bon Bagnolet?

 

BAGNOLET

 

Oui, les enfants, et avec un camarade , un ami dont je réponds. Ça vous va-t-il?

 

CHALUMEAU

 

Nous tàcherons d'arranger ça. . . Poplard, faut des oreillers en plus; va me chercher deux pavés: moi, je vas élargir le sommier. Venez m'aider, vous autres.

 

(Chalumeau, Poplard et Plure d'Oignon vont au bateau, les autres remontent la scène, Didier et Bagnolet se trouvent seuls sur le devant)

 

DIDIER

 

Eh quoi! c'est parmi des vagabonds que je dois retrouver mon frère!. . . je comprends maintenant pourquoi tu as voulu nous affubler de ce costume. . . cette blouse. . . sous laquelle se cache parfois le bohémien, mais qui recouvre aussi le brave et honnête ouvrier. . .

 

BAGNOLET

 

Justement. . . avec ça on ressemble à tout le monde.

 

DIDIER

 

Et tu es certain que c'est ici. . .

 

BAGNOLET

 

Que Paul vient coucher depuis huit jours; j'en suis sûr. . . mais ce que j'ai encore à vous apprendre, c'est que nous ne sommes pas seuls à sa recherche.

 

DIDIER

 

Comment? que veux-tu dire?

 

BAGNOLET

 

Que deux autres viendront ici comme nous, Montorgueil et Digonart.

 

DIDIER

 

Je ne les connais pas.

 

BAGNOLET

 

Non; mais je les connais, moi, et je suis bien sûr qu'il y a là-dessous quelque machination.

 

DIDIER

 

Ces deux hommes sont donc. . .

 

BAGNOLET

 

Deux bohèmes finis. . .

 

DIDIER

 

Eh bien, puisque je veux savoir quelle est sa position, connaître ses malheurs ou ses fautes, son passé, et ses projets pour l'avenir, restons. . . et observons bien. . . Mais comment savoir s'il est déjà ici?. . .  

 

CHALUMEAU, sortant du bateau

 

Là. . . voilà qui est fini; l'appartement est prêt.

 

POPLARD

 

Chut! j'entends des pas.

 

CHALUMEAU, bas

 

C'est peut-être encore une patrouille. . . tiens, on descend l'escalier.

 

POPLARD

 

Est-ce que ce serait encore des nouveaux locataires?

 

CHALUMEAU

 

Eh! non, c'est des messieurs, c'est trop bien mis pour nous.

 

BAGNOLET, bas à Didier

 

Je les reconnais, ce sont nos hommes. (il l'emmène à l'écart; à droite)

 

SCÉNE VI

 

Les mêmes, MONTORGUEIL, DIGONARD

 

MONTORGUEIL

 

Deux mots, s'il vous plaît, mes amis!

 

CHALUMEAU, effrayé

 

Hein?. . . de quoi?. . . qui vive?

 

DIGONARD

 

Ne craignez rien; nous ne venons pas troubler vos ébats nocturnes: monsieur et moi, nous sommes à la recherche de quelqu'un. . .

 

CHALUMEAU

 

Quelqu'un?. . . connais pas. . . nous n'avons personne de ce nom-là.

 

MONTORGUEIL

 

Dites-moi, mes bons amis, n'avez-vous pas remarqué ici depuis quelques jours un jeune homme, pauvrement vêtu, mais d'une figure distinguée?

 

PLURE D'OIGNON

 

D’une figure distinguée? C'est peut-être moi qu'y cherchent.

 

CHALUMEAU

 

Attendez donc, j'ai peut-être ben votre affaire. . . Comment qu'y se nomme vot' jeune homme?

 

DIGONARD

 

Il se nomme Paul Didier.

 

DIDIER

 

Paul Didier!

 

CHALUMEAU

 

Paul Didier!

 

PAUL, qui se tenait couché au bas de la pile du pont

 

Mon nom!. . . (se rapprochant) Hein, que me veut-on? qui m'appelle?

 

DIGONARD

 

C'est lui!

 

MONTORGUEIL

 

C'est lui-même!

 

DIDIER

 

Le voilà!. . .

 

PAUL

 

Digonard!. . . Montorgueil!

 

CHALUMEAU, à part

 

Tiens, tiens, tiens. . . y se connaissent.

 

PAUL

 

Que me voulez-vous? quel motif vous amène ici?

 

MONTORGUEIL

 

Tu vas le savoir; mais d’abord fais éloigner ces braves gens.

 

PAUL

 

Veuillez me laisser, mes amis.

 

CHALUMEAU

 

Ça suffit. . . du moment que c'est un secret entre ces messieurs et vous. . . on s'en va. . . Allons tous coucher.

 

TOUS

 

Allons-nous coucher. (ils entrent dans le bateau)

 

BAGNOLET, bas

 

Ici, nous pourrons tout entendre. (ils se placent tous deux à droite; Bagnolet derrière un tonneau; Didier dans l'ouverture du bateau à charbon; et écoutent)

 

DIDIER

 

Dans quel état, grand Dieu!. . . Oh! mon cœur se brise. . . et je voudrais. . .

 

BAGNOLET

 

Silence, et écoutons.

 

SCÈNE VII

 

PAUL, MONTORGUEIL, DIGONARD, DIDIER et BAGNOLET, au fond

 

PAUL

 

Eh bien, à présent, nous voilà seuls, parlez! qui vous amène? vous, qui m'avez ruiné, perdu, venez-vous jouir du spectacle de ma misère?

 

MONTORGUEIL

 

Au contraire, ingrat, nous venons t'en tirer.

 

PAUL

 

M'en tirer!. . . vous!

 

DIGONARD

 

Oui, Paul, et dès demain il ne tiendra qu'à vous de recommencer cette existence de luxe et de plaisirs que vous meniez autrefois.

 

PAUL

 

Se pourrait-il?. . . mais par quel miracle? Vous savez bien que je ne possède rien, que je n'ai rien à espérer de l'avenir.

 

MONTORGUEIL

 

Excepté la fortune que nous venons t'apporter.

 

PAUL

 

La fortune!

 

MONTORGUEIL

 

Oui, les coffres de Digonart sont bien garnis, tu le sais; dès demain tu y puiseras autant que tu voudras.

 

DIGONARD

 

Permettez! permettez!. . . je vous ferai quelques avances. . . pour vous vêtir, vous meubler, vous garnir.

 

PAUL

 

Eh quoi? je quitterais enfin ces haillons qui me pèsent, qui me brûlent!. . . et vous dites que cela ne dépend que de moi seul?. . .

 

MONTORGUEIL

 

De toi seul!

 

PAUL

 

Mais que faut-il faire?. . . parlez, parlez vite. . .

 

MONTORGUEIL

 

Ceci est notre secret. . . on t'instruira plus tard. . . jusque-là , il ne faut que te laisser faire. . . consentir à être heureux, sans l'informer du reste. . . ce n'est pas bien difficile.

 

PAUL

 

Mais de qaoi s'agit-il?

 

DIDIER, qui veut s'élancer

 

Oh! de quelque infamie, sans doute!

 

BAGNOLET, holding him

 

Chut! donc.

 

MONTORGUEIL

 

Il s'agit d'une haute spéculation, dans laquelle tu nous es indispensable; quant à la moralité, aux dangers de l'affaire, Digonard est trop riche pour rien entreprendre qui puisse le brouiller avec le parquet. . . Enfin, veux-tu, oui ou non, sortir de la fange où tu es tombé?

 

PAUL

 

Sans doute, mais. . .

 

MONTORGUEIL

 

Veux-tu ressaisir la fortune qui t'a échappé une fois. . . cette existence brillante, que tu rêvais jadis?

 

PAUL

 

Si je le veux?

 

DIGONARD

 

Acceptez donc alors, et demain vous porterez les habits les plus riches, les plus élégants.

 

MONTORGUEIL

 

Dès demain tu coucheras dans un brillant hôtel.

 

DIGONARD

 

Vous roulerez dans un joli cabriolet.

 

MONTORGUEIL

 

Tu dîneras au boulevard Italien.

 

DIGONARD

 

Vous aurez votre stalle à l'Opéra.

 

MONTORGUEIL

 

Et bientôt, bientôt tu seras millionnaire.

 

PAUL

 

Moi?. . . Il serait possible! et sans crime, sans déshonneur, vous me le jurez?

 

MONTORGUEIL

 

Nous le jurons. . . D'ailleurs, tu en jugeras loi-même! car demain tu sauras tout.

 

PAUL

 

Demain! venez donc alors. . . Oh! cette nuit va me sembler un siècle: car demain, c'est l'oubli de mes souffrances passées; le bonheur! la fortune!. . . l'accomplissement de mes plus beaux rêves.

 

MONTORGUEIL, bas

 

Il est à nous!. . . (haut) Partons! (ils sortent tous les trios)

 

DIDIER

 

Oui, ce doit être quelque infamie que ces hommes méditent, et je veux. . .

 

BAGNOLET, l'arrêtant

 

Du tout, vous n'irez nu'le part, ou ça serait tout gâter. . . Restez ici; dans un instant nous saurons de quoi il retourne; pour ça, je vas les suivre à la piste et savoir où ils vont le loger. . . Vous connaissez ma demeure, demain je vous en rendrai bon compte. . . ils sont à deux cents pas d'avance, mais je peux leur donner ça d'escarre. . .

 

DIDIER

 

Mais il faudrait alors. . .

 

BAGNOLET

 

Être bien sûr de les rattraper. . . soyez tranquille, allez. . . I have the legs of a bantam, and I’m as fast and flexible as a rat. (il sort en courant)

 

SCÉNE VIII

 

DIDIER, LOUISE

 

DIDIER

 

O malheureux frère! Et dans ses rêves de richesse, de bonheur, pas un mot, pas une pensee pour Louise! (à part) Et depuis huit jours, s'il est sans ressource, sans asile, que sera devenue cette pauvre femme? Unfortunate! What will become of his life? Hélas! je l'avais rêvée si heureuse et si belle! je voulais l'entourer de tant de soins, de tendresse. . . Ah! Louise! Louise! (pendant les dernières paroles de Didier, Louise a paru sur le pont)

 

LOUISE, sur le pont